les soeurs ne porteront pas de grands flambeaux qui jettent un jour brillant sur l’Eglise, mais elles porteront de petites lampes ...

Accueil > Espace prière > Retraites en ligne > Archives > Avent 2015 > 2ème jour - Aller au désert.

2ème jour - Aller au désert.

Luc situe la vocation prophétique de Jean Baptiste dans l’histoire profane et sacrée. Sa mission : préparer le peuple à l’avènement du Messie en appelant à la conversion.

L’an quinze du règne de l’empereur Tibère, Ponce Pilate étant gouverneur de la Judée, Hérode étant alors au pouvoir en Galilée, son frère Philippe dans le pays d’Iturée et de Traconitide, Lysanias en Abilène, les grands prêtres étant Hanne et Caïphe, la parole de Dieu fut adressée dans le désert à Jean, le fils de Zacharie.
Il parcourut toute la région du Jourdain, en proclamant un baptême de conversion pour le pardon des péchés, comme il est écrit dans le livre des oracles d’Isaïe, le prophète : Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers.
Tout ravin sera comblé, toute montagne et toute colline seront abaissées ; les passages tortueux deviendront droits, les chemins rocailleux seront aplanis ;e t tout être vivant verra le salut de Dieu.
Luc 3, 1-6

  • Je peux demander au Seigneur d’entendre pour moi cet appel à la conversion.

« La parole de Dieu fut adressée dans le désert... »

Je regarde... d’un côté les hommes de pouvoir, les empereurs, les gouverneurs, les grands prêtres et de l’autre : un homme dans le désert à qui Dieu se révèle . « Père, ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. » Matthieu 11, 26

Mission de Jean
Jean Baptiste annonce que Dieu se fait homme et Dieu se fait proche de tout homme.

Dans cette société où prédominent la réussite, le bruit, la communication...A l’époque de la mondialisation, Luc m’invite à me retirer au « désert » pour y entendre Celui qui parle au cœur de chacun.

Aujourd’hui, je choisis le lieu « mon désert » qui favorisera la rencontre avec le Seigneur.

AUTRE TEXTE :

J’ai tellement peur de vivre dehors
que je nomme Dieu : mon refuge, ma protection,
mon rempart, mon abri...
Et que j’appelle Dieu : « ma vie intérieure »
Vivre c’est devenir le contemporain de Dieu
Et du même coup, c’est se faire le contemporain de soi-même.

Jean DEBRUYNE

Vers jour 3
Vers jour 1
Vers la boite à outils