les soeurs ne porteront pas de grands flambeaux qui jettent un jour brillant sur l’Eglise, mais elles porteront de petites lampes ...

Accueil > Qui sommes-nous ? > Présentation > Anne de Xainctonge

Anne de Xainctonge

CONTEXTE HISTORIQUE

En cette fin du XVIème siècle, la Bourgogne se sépare en deux :

  • le duché, possession du roi de France Louis XI, en proie aux guerres de religion.
  • la Franche Comté : réunie aux Pays Bas et possession d’Espagne.

NAISSANCE ET ENFANCE D’ANNE

Le 21 novembre 1567, naît à Dijon la petite Anne au foyer de Monsieur et Madame de Xainctonge.
Celle-ci, veuve, a déja une fille, Nicole.
Jean de Xainctonge, avocat et "personnage de qualité" est conseiller au parlement de Dijon.
Anne reçoit une éducation vertueuse, imprégnée de tendresse et de souci d’autrui.
Elle manifeste une grande piété, est "prompte à faire service aux autres".
Elle est habitée d’un grand désir d’entraîner les autres à la prière et à la vie chrétienne.


LE DECLIC

PNG - 196 ko

En 1581, les Jésuites arrivent à Dijon. Leur collège est situé à côté de la maison familiale.

Moment décisif dans la vie d’Anne.
A cette vue, le désir qui l’habite de faire connaître et aimer Dieu se concrétise.
Se fait jour en elle l’idée de former une Compagnie de filles qui s’emploierait :

  • à faire connaître et aimer Dieu
  • se vouerait à l’éducation des filles, spécialement les plus délaissées.

Elle veut à la fois entretenir en elle même et dans sa Compagnie l’esprit des Exercices spirituels de Saint Ignace.


L’IMPLANTATION

  • Le combat

Un véritable combat s’engage dans le coeur d’Anne :
Où installer cette communauté de filles ?

    • à Dijon : sa ville natale.
    • à Dole : terre espagnole, en paix où les Jésuites ont fondé un collège.
  • La décision

Anne a intérieurement la certitude que Dieu l’attend à Dole.
Une assurance mystérieuse lui en est donnée, un jour, en la personne d’une fille pauvre qui lui demande l’aumône en l’Eglise Notre Dame du Bon Espoir.
Mais monsieur de Xainctonge refuse de laisser partir sa fille.


LA TRAVERSEE DU DESERT

Après des mois d’attente, le 29 novembre 1596, Anne profite d’une altercation politico-familiale avec son père pour quitter le domicile et se rendre à Dole avec sa servante. Elle a 29 ans.

A Dole, elle se rend au collège des jésuites. Le père recteur lui apprend qu’en l’église Mont Roland des dames prient Marie
de leur envoyer "quelqu’une pour leur aider à commencer une compagnie de filles" qui aident les femmes à vivre la vie chrétienne.

Pourtant, il lui faudra attendre 10 longues années et vivre des épreuves de toutes sortes avant que son projet puisse voir le jour.
Elle finit par obtenir l’approbation de l’autorité diocésaine et celle du Parlement de Dole.

Le 16 Juin 1606, dans un grand dénuement, avec une compagne, Anne commence la Compagnie de Sainte Ursule.
Elle s’installe dans une maison au coeur de la ville et ouvre une école.


LES COMMENCEMENTS

Les bases de la nouvelle Compagnie sont jetées ; elle va se déployer d’abord dans le diocèse de Besançon. En 1619, les soeurs sont déjà établies à Vesoul, Arbois, Saint Hippolyte, Porrentruy, Besançon.

De là, elles essaimeront et aujourd’hui, la Compagnie des soeurs de Sainte Ursule compte 7 branches ou Maisons :

  • Dole
  • Fribourg
  • Brig
  • Freiburg
  • Villingen
  • Tours
  • Sion

Depuis 1965, ces "Maisons" sont fédérées, avec des communautés établies en Belgique, aux USA, en Inde, en Afrique du Sud, en République Démocratique du Congo, au Tchad, en Côte d’Ivoire et en Roumanie.