les soeurs ne porteront pas de grands flambeaux qui jettent un jour brillant sur l’Eglise, mais elles porteront de petites lampes ...

Accueil > Espace prière > Retraites en ligne > Archives > Carême 2014 > Carême 2014 - 1ère étape

Carême 2014 - 1ère étape

TENDRESSE DE DIEU POUR SON PEUPLE

A la fin de sa période prophétique, vers 600 avant Jésus-Christ, Ezéchiel s’applique à montrer la vie de l’Israël renouvelée. Il imagine cet Israël victorieux installé désormais sur une Palestine renouvelée.
Il la voit s’abreuver de l’eau merveilleuse qui jaillit du temple. Ce temple sera dorénavant le centre de la vie du peuple, le cœur d’un mystère : le Seigneur est là.
Ce texte préfigure le Christ, bon Pasteur.

Maintenant, j’irai moi-même à la recherche de mes brebis, et je veillerai sur elles. Comme un berger veille sur les brebis de son troupeau quand elles sont dispersées, ainsi je veillerai sur mes brebis, et j’irai les délivrer dans tous les endroits où elles ont été dispersées un jour de brouillard et d’obscurité.
Je les ferai sortir des pays étrangers, je les rassemblerai, et je les ramènerai chez elles ; je les mènerai paître sur les montagnes d’Israël, dans les vallées, dans les endroits les meilleurs.
Je les ferai paître dans un bon pâturage, et leurs prairies seront sur les hauteurs d’Israël. Là, elles se reposeront dans de belles prairies, elles brouteront dans de gras pâturages, sur les monts d’Israël.
C’est moi qui ferai paître mon troupeau, et c’est moi qui le ferai reposer, déclare le Seigneur Dieu.
La brebis perdue, je la chercherai ; l’égarée, je la ramènerai. Celle qui est blessée, je la soignerai. Celle qui est faible, je lui rendrai des forces. Celle qui est grasse et vigoureuse, je la garderai, je la ferai paître avec justice.
Ezéchiel 34, 11-16

  • Veiller… délivrer… rassembler…sortir : Dieu conduit son peuple
  • Paître… brouter… : Dieu nourrit son peuple
  • Chercher… soigner la brebis perdue… : Dieu prend soin du plus petit

J’imagine la scène : un berger, un troupeau dispersé…
Je m’arrête sur tous les verbes et ce qu’ils disent de la tendresse de Dieu,
Gras pâturages, endroits les meilleurs… Celle qui est faible, je lui rendrai des forces…
Je mesure l’abondance du don de Dieu. 

  • Brebis au milieu du troupeau, je me laisse chercher, conduire et aimer par Dieu.
    Dieu nourrit encore aujourd’hui à travers l’Eucharistie.
    Quelle place a-t-elle dans ma vie ?
  • Aimé (e) de Dieu, à mon tour je suis invité (e) à prendre soin de mon frère, de la création et à travailler à la justice.

C’est cela notre Dieu : 
non pas une menace, non pas une limite, 
non pas un interdit, non pas une vengeance,
mais l’Amour agenouillé qui attend éternellement 
le consentement de notre amour
sans lequel le Royaume de Dieu 
ne peut se constituer et s’établir...
Tout le contraire de ce que l’on imagine.
Maurice Zundel
(Le vrai visage de Dieu)

Ta parole Seigneur, a renouvelé mon cœur.
Qu’elle me donne à mon tour la force d’aimer.
Apprends-moi à avoir toujours faim du Christ, seul pain vivant et vrai et à vivre de toute parole qui sort de ta bouche.