les soeurs ne porteront pas de grands flambeaux qui jettent un jour brillant sur l’Eglise, mais elles porteront de petites lampes ...

Accueil > Espace prière > Retraites en ligne > Archives > Carême 2015 > Carême 2015 - 8ème étape

Carême 2015 - 8ème étape

LE RETOURNEMENT DE MARIE MADELEINE

Originaire de Magdala sur la rive occidentale du lac de Tibériade, Marie-Madeleine est la femme la plus présente du Nouveau Testament. Elle devient disciple de Jésus et le suit jusqu’à sa mort. Elle est le premier témoin de la Résurrection du Christ. Elle est choisie par le Seigneur pour avertir les Apôtres à une époque où le témoignage des femmes n’avait pas de valeur juridique.

Marie Madeleine se tenait près du tombeau, au-dehors, tout en pleurs. Et en pleurant, elle se pencha vers le tombeau. Elle aperçoit deux anges vêtus de blanc, assis l’un à la tête et l’autre aux pieds, à l’endroit où avait reposé le corps de Jésus. Ils lui demandent : « Femme, pourquoi pleures-tu ? » Elle leur répond : « On a enlevé mon Seigneur, et je ne sais pas où on l’a déposé. »
 Ayant dit cela, elle se retourna ; elle aperçoit Jésus qui se tenait là, mais elle ne savait pas que c’était Jésus. Jésus lui dit : « Femme, pourquoi pleures-tu ? Qui cherches-tu ? » Le prenant pour le jardinier, elle lui répond : « Si c’est toi qui l’as emporté, dis-moi où tu l’as déposé, et moi, j’irai le prendre. » 
Jésus lui dit alors : « Marie ! » S’étant retournée, elle lui dit en hébreu : « Rabbouni ! », c’est-à-dire : Maître. Jésus reprend : « Ne me retiens pas, car je ne suis pas encore monté vers le Père. Va trouver mes frères pour leur dire que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu. » Marie Madeleine s’en va donc annoncer aux disciples : « J’ai vu le Seigneur ! », et elle raconta ce qu’il lui avait dit.
Jean 20, 11-18

J’imagine la scène : une femme qui pleure, un jardin, un tombeau vide, des anges, Jésus.

Je regarde cette femme seule : elle pleure, les disciples sont partis. Je mesure combien est grand son amour qui la retient auprès du Seigneur.

Je regarde Jésus rejoindre Marie Madeleine dans sa détresse et sa peine « pourquoi pleures-tu ? ». Il l’invite à Le reconnaître en la nommant.

Marie se retourne à l’appel de son prénom. Retournement physique, spirituel…
« Ne me retiens pas … va trouver mes frères » Jésus l’envoie proclamer la bonne nouvelle de la Résurrection.

Pour moi aujourd’hui

  • Marie Madeleine, femme de désir, chercheuse de Dieu, amoureuse de son Seigneur… : qu’en est-il aujourd’hui de ma relation à Dieu ?
  • Comme Marie Madeleine est passée de la tristesse à la joie, je suis invité(e) dans ce temps pascal, avec le Christ, à passer de la mort à la vie
  • Avec Marie Madeleine je suis invité(e) à me "retourner" pour le trouver là où je ne pensais pas qu’il serait.
  • Avec Marie Madeleine j’entends l’invitation de Jésus à ne pas "le re tenir"...à ne pas l’enfermer.

Avec Marie-Madeleine, je suis invitée à cultiver ma proximité avec le Seigneur pour goûter sa tendresse et son soutien.

EN ECHO

…À la quête du sens, le christianisme répond par le don du sens, qui est une Personne : Jésus Christ… Lorsque l’homme écoute le Christ, il apprend à se situer, à se comprendre, à s’accomplir au-delà de toute mesure. Pour le Christ, chaque homme a un nom, une valeur unique et irremplaçable, car il a été choisi, appelé par Dieu à partager la vie même de Dieu. Fils du Père au sein de la Trinité et en même temps Dieu parmi nous, le Christ fait de nous des fils du Père, avec en eux l’Esprit du Père et du Fils, qui est un Esprit d’amour... Notre mort n’est pas une chute dans le néant, mais une entrée dans la vie qui ne meurt plus… le message du Christ atteint l’homme au plus intime de son être.
René j Latourelle*, La recherche du sens perdu.

*Prêtre Jésuite et professeur québécois né à Montréal le 28 octobre 1918.
Il est auteur d’une quinzaine d’ouvrages.