les soeurs ne porteront pas de grands flambeaux qui jettent un jour brillant sur l’Eglise, mais elles porteront de petites lampes ...

Accueil > Espace prière > Retraites en ligne > Archives > Carême 2016 > Carême 2016 - 5ème étape

Carême 2016 - 5ème étape

Donnera-t-il du fruit ?

Jésus monte de la Galilée à Jérusalem. Dans le chapitre 13, Luc fait comprendre le message de Jésus avec une série de paraboles et des réponses aux questions de la foule. Cet extrait regroupe deux événements dramatiques et une parabole, qui disent la nécessité de se convertir.
Ce rapprochement surprend mais le propos de Luc est bien intentionnel : la parabole de Jésus est là pour faire comprendre son message.


À ce moment, des gens qui se trouvaient là rapportèrent à Jésus l’affaire des Galiléens que Pilate avait fait massacrer, mêlant leur sang à celui des sacrifices qu’ils offraient.
Jésus leur répondit : « Pensez-vous que ces Galiléens étaient de plus grands pécheurs que tous les autres Galiléens, pour avoir subi un tel sort ?
Eh bien, je vous dis : pas du tout ! Mais si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de même.
Et ces dix-huit personnes tuées par la chute de la tour de Siloé, pensez-vous qu’elles étaient plus coupables que tous les autres habitants de Jérusalem ?
Eh bien, je vous dis : pas du tout ! Mais si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de même. »
Jésus disait encore cette parabole : « Quelqu’un avait un figuier planté dans sa vigne. Il vint chercher du fruit sur ce figuier, et n’en trouva pas.
Il dit alors à son vigneron : “Voilà trois ans que je viens chercher du fruit sur ce figuier, et je n’en trouve pas. Coupe-le. À quoi bon le laisser épuiser le sol ?”
Mais le vigneron lui répondit : “Maître, laisse-le encore cette année, le temps que je bêche autour pour y mettre du fumier.
Peut-être donnera-t-il du fruit à l’avenir. Sinon, tu le couperas. »

Luc 13,1-9


Je viens avec une demande.
Avant de me mettre à l’écoute du Seigneur, je lui exprime mon désir, ce que je souhaite profondément qu’Il me donne, en lien avec sa parole. L’important est de confier au Seigneur ce qui me tient à cœur pour entrer en relation avec Lui.


Je regarde l’attitude de Jésus qui ne commente pas les événements, ni ne condamne Pilate
J’écoute sa réponse sous forme de questions…
J’observe la patience du maître du figuier…
Je m’interroge :"Sinon, vous périrez tous comme eux...", de quelle mort s’agit-il ?


"Si vous ne vous convertissez pas »... : je demande à l’Esprit de m’éclairer.
Je mesure l’attention du vigneron et je rends grâce.


Je réfléchis à l’inattendu de la vie… et à l’urgence de se convertir.
J’accepte de ne pas tout comprendre, de me laisser déplacer intellectuellement et spirituellement.


Je demande au Seigneur la grâce de la conversion en commençant par des mini-choix au quotidien.


Autre texte
Il n’existe pas « un protocole de l’action de Dieu sur notre vie », mais nous pouvons être certains qu’un jour ou l’autre il intervient « à sa manière ». …
Quand le Seigneur vient, il ne le fait pas toujours de la même manière. Il n’existe pas un protocole de l’action de Dieu sur notre vie. Un jour, il le fait d’une manière, un autre jour, il le fait d’une autre. Mais il le fait toujours. Il y a toujours cette rencontre entre nous et le Seigneur. « Le Seigneur prend son temps, mais lui aussi dans ce rapport avec nous, a une grande patience. Nous ne sommes pas les seuls à devoir être patients. Lui a la patience, lui nous attend. Et il nous attend jusqu’à la fin de la vie, avec le bon larron qui juste à la fin a reconnu Dieu. Le Seigneur marche avec nous, mais très souvent, il ne se fait pas voir, comme dans le cas des disciples d’Emmaüs.

Pape François - Méditation matinale en la chapelle de la Maison Sainte-Marthe - Vendredi 28 juin 2013.


Vers accueil retraite
Vers étape suivante