les soeurs ne porteront pas de grands flambeaux qui jettent un jour brillant sur l’Eglise, mais elles porteront de petites lampes ...

Accueil > Espace prière > Retraites en ligne > Archives > Avent 2013 > Cinquième pas - Avent 2013

Cinquième pas - Avent 2013

« Le désert et la terre de la soif, qu’ils se réjouissent !...Prenez courage, ne craignez pas, voici votre Dieu... Il vient lui-même, il va vous sauver. Alors s’ouvriront les yeux des aveugles et les oreilles des sourds. Alors, le boiteux bondira comme un cerf et la bouche du muet criera de joie. » Isaïe 35, 4 -6

Sur le chemin de la vie, parfois difficile, le prophète Isaïe invite le peuple de Dieu à continuer à prendre courage car « Il vient votre Dieu et va vous sauver ».

Devant les assauts du mal extérieur et intérieur, au sein même des obscurités, la foi puise sa résistance et son courage dans cette promesse : toujours Dieu sauve celui qui espère en lui, celui qui reconnaît ses limites d’homme, assoiffé de la vie en plénitude que donne le Seigneur.

Le salut qui est paix, joie, plénitude, bonheur, amour, concerne toutes les dimensions de la vie personnelle et collective, matérielle et spirituelle.

Dieu veut voir aboutir sa création par l’homme, avec l’homme et en l’homme. Déjà il laisse voir des signes de son amour : « les aveugles voient, les sourds entendent, les boiteux marchent... et la bonne nouvelle est annoncée aux pauvres. » (Matthieu 11, 5)

    • Comment ces mots résonnent-ils pour moi ?
    • Je choisis ceux que je garde pour prendre un peu de temps dans le silence, la solitude pour me laisser habiter par cette promesse.

Donne-moi, Seigneur de reconnaître les signes de ta vie à l’œuvre dans ma vie : Tu viens me sauver.

Je peux faire mémoire de ce qui, très concrètement, dans ma journée, est motif de joie, de paix, ce qui a été bon pour moi, pour les autres (des paroles, une rencontre, un sourire, un geste, un bien-être, des circonstances...), signes de la vie en plénitude donnée par le Seigneur.

Je parle au Seigneur.
Je lui exprime ce que j’ai découvert. Je prends le temps de le « peser avec beaucoup d’amour » et d’en remercier le Seigneur qui en est la source, ou encore je peux Lui faire une demande.

En terminant ce pas

  • Je prends quelques minutes pour noter ce que j’ai fait et qui m’a aidé depuis la dernière fois, éventuellement ce qu’il faudrait que je change concrètement.
  • En marchant avec cette Parole d’Isaïe, certaines pensées ont-elles eu une influence sur ce qui s’est passé dans mes journées ?
    Ma manière de regarder ma vie a-t-elle un peu changé ?