les soeurs ne porteront pas de grands flambeaux qui jettent un jour brillant sur l’Eglise, mais elles porteront de petites lampes ...

Accueil > Espace prière > Textes pour prier > Dis-moi, qu’as-tu à la maison ?

Dis-moi, qu’as-tu à la maison ?

II Rois 4, 1-7


La femme d’un des frères prophètes implora Elisée en ces termes :
 « Ton serviteur, mon mari, est mort, et tu sais que ton serviteur craignait Yahvé. Or le prêteur à gages est venu pour prendre mes deux enfants et en faire ses esclaves. »

Elisée lui dit : « Que puis-je faire pour toi ? Dis-moi, qu’as-tu à la maison ? »

Elle répondit : « Ta servante n’a rien du tout à la maison, sauf un flacon d’huile. »

Alors il dit : « Va emprunter dehors des vases à tous tes voisins, des vases vides et pas trop peu ! » Puis tu rentreras, tu fermeras la porte sur toi et sur tes fils et tu verseras l’huile dans tous ces vases, en les mettant de côté à mesure qu’ils seront pleins. »

Elle le quitta et ferma la porte sur elle et sur ses fils ; ceux-ci lui tendaient les vases et elle ne cessait de verser.
Or quand les vases furent pleins, elle dit à son fils : « Tends-moi encore un vase ! »,
mais il répondit : « Il n’y a plus de vase ».
Alors l’huile cessa de couler.

Elle alla rendre compte à l’homme de Dieu, qui dit : « Va vendre cette huile, tu rachèteras ton gage et tu vivras du reste, toi et tes fils ! »


Pour la prière personnelle

Invitation à la contemplation


Commencer la prière :
par un geste, se mettre en présence de Dieu, pour Lui.

Prendre le temps d’imaginer les lieux :
- Une maison simple, presque vide, où se trouve un unique flacon d’huile.
- Un village ou un quartier avec des voisins ;

Demande :
demander la grâce que je désire, par exemple la grâce de croire que Dieu est toujours près de moi même dans les moments difficiles.

Regarder les personnages :
- La femme veuve,
- Les deux enfants menacés d’esclavage,
- Le prophète Elisée, l’homme de Dieu.

Contempler la scène :
les gestes, les paroles.
Regarder cette femme dans une situation inextricable : son dénuement, cette menace d’esclavage.

Voir sa simplicité pour faire appel à Elisée. Elle ne reste pas enfermée sur son malheur. Elisée lui-même l’invitera à se tourner aussi vers ses voisins, à leur emprunter des vases.

Puis la regarder à l’intérieur de sa maison, avec ses fils.

  • Voir l’huile couler encore et toujours, ce petit peu d’huile qui lui semblait si dérisoire.
  • Voir les vases se remplir à la mesure de l’espérance qu’elle a montrée en les empruntant.

    « Elle alla rapporter tout cela à l’homme de Dieu. »

  • Voir la femme rendre grâce et être invitée à poursuivre son chemin de libération.

    Laisser cela résonner en moi, faire écho.

    Puis, avec mes mots,
    parler au Seigneur « comme un ami parle à un ami », et terminer par un geste ou une prière.