les soeurs ne porteront pas de grands flambeaux qui jettent un jour brillant sur l’Eglise, mais elles porteront de petites lampes ...

Accueil > Espace création et partage > Expression et création > En mots > Libre contemplation

Libre contemplation

Libre contemplation, …au-delà de l’Evangile de Luc 24…

En ce jour, grande réunion et grande liesse au Cénacle…
Les onze, les deux disciples d’Emmaüs, Jésus présent au milieu d’eux… et voici Marie, la mère de Jésus, avec Marie de Magdala, et Marthe, les mains pleines de bonnes choses, avec son frère Lazare et Marie qui ouvre de grands yeux…pour voir !

Entrez, n’hésitez pas ! et de nouveau s’ouvre la porte, et voici Nicodème, toujours plein de questions, et la femme, on l’avait dit adultère…elle lève les yeux vers celui, devenu son Seigneur…
Ce n’est pas le bruit qui attire tout ce monde, non, ce serait plutôt l’éclatement joyeux du silence plein d’amour humble et reconnaissant envers Jésus, Jésus le Vivant…présent en nos vies d’hommes et de femmes aujourd’hui…

Et voici l’aveugle-né, les yeux grands ouverts suivi de ses parents, encore sous le choc de ce qui est arrivé à leur fils, , et Jaïre et la veuve de Naïm avec son garçon dans ses jupons, et le sourd muet attiré par la commune louange…devenue sienne aussi…

La porte s’entrouvre encore : que se passe-t-il ?
Entrant dans cette joie commune, la belle-mère de Pierre ne sait comment aider Marthe à servir… le maître du repas a apporté le meilleur vin, chacun boit, même le pauvre publicain osant à peine s’avancer… il s’écarte un peu pour laisser passer cette femme qui, de nouveau, aimerait toucher le vêtement de Jésus. Avec elle, entre encore Joseph d’Arimathie et l’autre Joseph, l’humble époux de Marie, qui se tient là, avec Elisabeth et Zacharie, Siméon et Anne…la génération des Anciens… ils ont laissé la place aux jeunes et leur louange silencieuse rejoint les joyeux Alleluia ! que chante aussi avec tous, le soldat, resté à la porte, point de police mais sûr de sa foi : « Il est le Fils de Dieu » !...

De nombreux enfants sont là, se bousculant en jouant, s’accrochant aux fenêtres pour mieux voir. Qui pourrait les en empêcher ? Même pas ce soldat resté en garde fraternelle à la porte.

Les voici, maintenant, et d’autres qui accourent encore, tous arrivés dans le temple de Jérusalem, pleins de joie, bénissant Dieu et proclamant :
« Christ est vivant ! Christ nous envoie !
Allez dans le monde entier… Faites des disciples ! »

« Et moi, me faisant comme un petit pauvre et un petit esclave indigne qui les regarde, les contemple, et les sert dans leurs besoins, comme si je me trouvais présent, avec tout le respect et la révérence possible… » Ex.spi. § 114

Sr Thérèse