les soeurs ne porteront pas de grands flambeaux qui jettent un jour brillant sur l’Eglise, mais elles porteront de petites lampes ...

Accueil > Espace création et partage > Expression et création > En mots > Naître sans en mourir ?

Naître sans en mourir ?

Piégée, enfermée, abandonnée, seule...
Personne n’entendra...
Personne ne viendra à son secours...
Se sauver ? Impossible !
Crier ? Impossible !
Hurler ? Impossible !

Son cri : « Papa » « Abba », revient en elle, la déchire...

Écrasée, étouffée, elle n’est plus qu’un objet ridicule, minuscule,
pris dans les flots d’un torrent engrossé, d’une tempête terrifiante :
la terre elle même vacille et s’ébranle.

Que peut comprendre, en ce qui lui arrive, une petite fille de 6 ans ?

Il ne lui reste maintenant que sanglots et silence,

puis... rayer... Etouffer...

OUBLIER...


Et cela marche, un jour, des jours, des semaines, des mois, des années...presqu’une vie...
sauf : ces orages, ces ouragans, ces typhons qui éclatent sans crier gare,
et la laissent anéantie, morcelée, brisée...
Comment croire maintenant que la vie puisse jaillir d’elle puisqu’elle croit qu’elle n’y est plus ?
Et même : y était-elle un jour ?

Mais la Vie veille,
Son père... Son Père... comme elle le croyait, ne l’a pas abandonnée.
Il ne lui faudra pas trop d’une vie pour le redécouvrir.
De son Egypte : elle s’était arrangée, s’y était installée, y avait fait son nid.
Etait-ce vraiment une Vie ? Où coulaient le lait et le miel ?

Sa maman tout au début l’avait prise dans ses bras.

Personne n’est sur la route, s’il n’est cadeau !
D’autres bras se sont tendus, l’appelant, l’attirant :
Oui... vas-y... tu le peux...lance-toi... viens...
Prends le risque d’un pas, d’une parole...
La liberté, elle le sent dans son corps, est de ce côté.

|Et peu à peu, un jour, des jours, des semaines, des mois, des années, presqu’une vie...
Un orage, une tempête...
...une pluie bienfaisante, une brise légère... la douceur d’un flocon :

Une Naissance ! UN CRI !

Un homme, une femme, peut-elle naître à nouveau ?
« Son âme comme un oiseau s’est échappée du filet de l’oiseleur... »| |

La Parole chair devenue !

LA VIE À ACCUEILLIR, à partager....

Pour chacune des femmes blessée dans sa chair, dans son cœur,
avant de naître ou après...

(Février 2010 tremblement de terre en Haïti)

Sr Michèle