les soeurs ne porteront pas de grands flambeaux qui jettent un jour brillant sur l’Eglise, mais elles porteront de petites lampes ...

Accueil > Espace prière > Textes pour prier > Prier en pèlerin

Prier en pèlerin

"Mon Père, mon Père, je m’abandonne à toi…"
Sur les chemins du désert, les chemins du Morvan et ceux de la Vie que tu nous confies.
Au loin ton ermitage des hauts plateaux, au loin ton abbaye des vallées encaissées.

"Mon Père, mon Père, je me livre à toi…"
Je m’abandonne à la fatigue, à l’amitié, au silence et à la prière.
Déjà la nef résonne de chants d’Espérance,
Oui, nous sommes tous membres d’un même Corps,
Et la mandorle sacrée éveillera nos consciences.

"Mon Père, mon Père, je me confie à toi…"
Oui, nous confions entre tes mains nos familles, nos joies et nos peines.
Comme ruisseaux et rivières se jettent dans le fleuve,
A la confluence, cette procession que le narthex sculptera, unira alors nos errances.

Nous nous inclinerons devant ton Autel, au bout du chemin de lumière,
dans les larmes inattendues de ton Appel.

"Mon Père, mon Père, où en suis-je, où n’en suis-je pas"
Délivre-moi de mes doutes ultimes,
afin que je puisse réellement "m’abandonner à toi".
Mais si je ne le peux seul, que mon pas trébuchant parfois, sur la route, dans la chaleur,
Entre enfin dans l’élan mystique de celui qui devant moi,
Avance confiant et apaisé, lorsque le seul regard devient Partage et Révélation.

"Mon Père, mon Père, je m’abandonne à toi"
dans la nuit du bivouac,
Au milieu des vivants et des morts, dans ce pays où repose le frère si vite disparu.
En cette terre, un jour, le jour qui t’appartiendra mon Père, je le rejoindrai.
Au loin le vaisseau de pierre illuminé, mais toujours en moi l’incertitude du lendemain.

Nous boirons ensemble l’eau des dernières fontaines, fontaines des derniers villages.
Mais seule ta Parole est source vive.
Source jaillie de nulle part au milieu des campements du désert,
Source émergeant des vasques de granit.
Nous partagerons le pain de ce jour, mais seules les moissons infinies de l’été
Nourriront ton peuple pèlerin.

Et le Morvan sertira notre prière dans sa gangue de forêts, de rivières, de lacs et d’étoiles fulgurantes
Lorsque nous nous approcherons du calice rédempteur.

F.C.
Vézelay 2010