les soeurs ne porteront pas de grands flambeaux qui jettent un jour brillant sur l’Eglise, mais elles porteront de petites lampes ...

Accueil > Espace prière > Retraites en ligne > Archives > Avent 2013 > Troisième pas - Avent 2013

Troisième pas - Avent 2013

Appuyant notre confiance sur la sollicitude du Seigneur lors du deuxième pas, nous sommes appelés maintenant à faire la vérité que le Seigneur sollicite en nous par la voix d’Isaïe.

Le Seigneur « ne jugera pas d’après les apparences, il ne tranchera pas d’après ce qu’il entend dire. » Isaïe 11, 3

Le Seigneur s’adresse à nous en vérité, il crée la vérité en nous. Il nous accueille au delà des apparences que nous voudrions garder.
Avec le Seigneur nul besoin de nous protéger , de nous défendre contre nous mêmes.
Cette exigence de vérité nous libère, elle crée en nous l’harmonie, au delà de toute espérance : « Le loup habitera avec l’agneau... le nourrisson s’amusera sur le nid du cobra »
Avec cette harmonie en nous mêmes, nous pourrons nous accueillir les uns les autres en vérité comme le Christ nous a accueillis. (cf Rm 15, 7)

Je prends conscience de ce que ces mots produisent en moi. Et j’accepte de les y laisser creuser leur chemin.
Je choisis et je note ce que je veux garder.

    • Seigneur, toi qui es « le chemin, la vérité et la vie » apprends-moi à Te regarder et à T’accueillir dans une « vraie confiance » sans souci des apparences tel(le) que je suis pour que ma soif de toi fasse en moi la vérité.
    • Avec Isaïe je fais un pas de confiance dans le Seigneur :
      quelle est la place de « l’apparence » dans ma vie et dans ma relation aux autres ?
    • Quelle(s) vérité(s) je découvre en faisant ce chemin ?

Je parle au Seigneur. Comme un ami parle à son ami, je peux prendre le risque de Lui dire mes hésitations, mes questions, mes découvertes, mon désir...

En terminant ce pas

  • Je me rappelle comment j’ai suivi le troisième pas...
      • ce que j’ai éprouvé à différents moments ... l’étonnement, les bienfaits de l’air pur, la beauté du paysage, la joie de la progression...la rudesse du chemin, le caillou qui me gène, l’étroitesse des chaussures, la raideur de la montée, l’essoufflement...