les soeurs ne porteront pas de grands flambeaux qui jettent un jour brillant sur l’Eglise, mais elles porteront de petites lampes ...

Accueil > Espace prière > Retraites en ligne > Avent 2017 > Elisabeth se prépare à accueillir l’inattendu de Dieu

Elisabeth se prépare à accueillir l’inattendu de Dieu

Avent 2017 – Étape 2-1

Pour vivre pleinement ce temps de prière, n’hésitez pas à vous reporter à la « boîte à outils ». Elle contient les « outils » qui vous seront utiles pour mettre en œuvre les différentes propositions.



Introduction au texte
Elisabeth signifie « Maison de Dieu ».
De par son nom Elisabeth porte un message d’Espérance.


Parole de Dieu
Il y avait, au temps d’Hérode le Grand, roi de Judée, un prêtre du groupe d’Abia, nommé Zacharie. Sa femme aussi était descendante d’Aaron ; elle s’appelait Élisabeth. Ils étaient l’un et l’autre des justes devant Dieu : ils suivaient tous les commandements et les préceptes du Seigneur de façon irréprochable. Ils n’avaient pas d’enfant, car Élisabeth était stérile et, de plus, ils étaient l’un et l’autre avancés en âge.

Or, tandis que Zacharie, durant la période attribuée aux prêtres de son groupe, assurait le service du culte devant Dieu, il fut désigné par le sort, suivant l’usage des prêtres, pour aller offrir l’encens dans le sanctuaire du Seigneur. Toute la multitude du peuple était en prière au dehors, à l’heure de l’offrande de l’encens.
L’ange du Seigneur lui apparut, debout à droite de l’autel de l’encens. À sa vue, Zacharie fut bouleversé et la crainte le saisit. L’ange lui dit : « Sois sans crainte, Zacharie, car ta supplication a été exaucée : ta femme Élisabeth mettra au monde pour toi un fils, et tu lui donneras le nom de Jean. Tu seras dans la joie et l’allégresse, et beaucoup se réjouiront de sa naissance.
[…]
Quelque temps plus tard, sa femme Élisabeth conçut un enfant. Pendant cinq mois, elle garda le secret. Elle se disait : « Voilà ce que le Seigneur a fait pour moi, en ces jours où il a posé son regard pour effacer ce qui était ma honte devant les hommes. »

(Lc 1, 5-25)


Pour entrer dans la prière
J’installe le silence autour de moi, je me retire dans ma chambre… Je me dispose pour ce rendez-vous avec le Seigneur en choisissant une attitude confortable pour ma prière. J’allume une bougie pour signifier sa présence.
Je trace sur moi un beau signe de croix.

Je demande la grâce au Seigneur d’ouvrir mon cœur à l’inattendu de sa présence dans mon quotidien.


Pistes pour prier
Je contemple Elisabeth, âgée, stérile, habitée depuis si longtemps par l’absence douloureuse d’enfant. C’est une blessure.

Jean signifie en Hébreu « Dieu est favorable, Dieu fait grâce ». Un heureux événement se prépare.

Elisabeth se cache pendant 5 mois. Elle médite, toute émerveillée la tendresse de Dieu, à la joie du fruit qu’elle porte.


Pour moi aujourd’hui
Je confie au Seigneur mes désirs insatisfaits, petits et grands. Je les lui abandonne dans la foi.

J’entends cette invitation à la confiance que je laisse retentir en moi.

Quel est ce Dieu qui peut dépasser pour moi les limites humaines et faire pour moi des merveilles ?
Suis-je disposé à accepter l’inattendu ?
Je me laisse toucher par l’attitude humble et discrète d’Elisabeth qui s’efface jusqu’à la visitation de Marie et je laisse descendre dans mon cœur ses paroles de foi.

Pour finir ma prière je confie au Seigneur mon désir de repérer ce qu’il me donne pour l’accueillir.
A l’exemple d’Elisabeth apprends-moi ce chemin d’humilité et de confiance.



Autre texte :
Se préparer, c’est accueillir en nous tout ce qui peut advenir dans notre vie, et l’accepter non comme une fatalité, mais en essayant d’en découvrir le sens.

Se préparer, c’est aussi se laisser bousculer par les appels qui nous viennent des autres en nous invitant à changer, et à repenser nos manières de sentir et d’agir.

Se préparer, c’est faire le vide en apprenant le discernement, c’est-à-dire laisser l’inutile, le superflu, pour donner une place plus grande à l’essentiel pour la conduite de notre vie.

Se préparer, c’est mettre son cœur en éveil, à l’affût de tout ce qui peut nous convertir en profondeur, au-delà des émotions et des frémissements, ceux justement qui se vivent ou se disent superficiellement sans rien faire bouger en profondeur.

Se préparer, c’est se risquer à Dieu avec tout ce que cela signifie de bouleversements, d’étrangetés, de surprises pour aller au bout de la rencontre.
(Auteur anonyme)



Vers accueil retraite
Vers étape précédente
Vers étape suivante