les soeurs ne porteront pas de grands flambeaux qui jettent un jour brillant sur l’Eglise, mais elles porteront de petites lampes ...

Accueil > Espace prière > Retraites en ligne > AVENT 2016 > Comment suis-je dérouté(e) par ce Dieu qui me cherche ? (3-1)

Comment suis-je dérouté(e) par ce Dieu qui me cherche ? (3-1)

Avent 2016 – Étape 3-1
Pour vivre pleinement ce temps de prière, n’hésitez pas à vous reporter à la « boîte à outils ». Elle contient les « outils » qui vous seront utiles pour mettre en œuvre les différentes propositions.



Introduction au texte
La génération à laquelle s’adresse Jésus attendait des signes qui manifesteraient clairement l’avènement du Messie et du Royaume de Dieu. Les signes sont là et pourtant elle doute.


Parole de Dieu
Jean le Baptiste entendit parler, dans sa prison, des œuvres réalisées par le Christ. Il lui envoya ses disciples et, par eux,
lui demanda : « Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? »
Jésus leur répondit : « Allez annoncer à Jean ce que vous entendez et voyez :
Les aveugles retrouvent la vue, et les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, et les sourds entendent, les morts ressuscitent, et les pauvres reçoivent la Bonne Nouvelle. Heureux celui pour qui je ne suis pas une occasion de chute ! »
Tandis que les envoyés de Jean s’en allaient, Jésus se mit à dire aux foules à propos de Jean : « Qu’êtes-vous allés regarder au désert ? un roseau agité par le vent ?
Alors, qu’êtes-vous donc allés voir ? un homme habillé de façon raffinée ? Mais ceux qui portent de tels vêtements vivent dans les palais des rois.
Alors, qu’êtes-vous allés voir ? un prophète ? Oui, je vous le dis, et bien plus qu’un prophète.
C’est de lui qu’il est écrit : Voici que j’envoie mon messager en avant de toi, pour préparer le chemin devant toi.
Amen, je vous le dis : Parmi ceux qui sont nés d’une femme, personne ne s’est levé de plus grand que Jean le Baptiste ; et cependant le plus petit dans le royaume des Cieux est plus grand que lui.

(Mt 11, 2-11)



Pour entrer dans la prière
Je m’installe dans le silence.
Je m’offre au Seigneur tel(le) que je suis et je lui dis « me voici »
J’imagine la scène : Jean-Baptiste en prison. Ses disciples qui font un aller-retour pour questionner Jésus….Les foules qui entourent Jésus, qui l’écoutent attentivement.

Je lui demande la grâce de m’ouvrir au mystère de sa présence dans ma vie aujourd’hui.



Pistes pour la prière
« Es-tu celui qui doit venir ou devons-nous en attendre un autre ? »
Je laisse résonner en moi cette question des disciples de Jean-Baptiste. Même Jean-Baptiste doute ! J’entends leur désarroi.
J’exprime au Seigneur mes résistances à le reconnaître.

Jésus se mit à dire aux foules à propos de Jean : « Qu’êtes-vous allés regarder au désert ? un roseau agité par le vent ? Alors, qu’êtes-vous donc allés voir ? un homme habillé de façon raffinée ? Mais ceux qui portent de tels vêtements vivent dans les palais des rois. Alors, qu’êtes-vous allés voir ? un prophète ? Oui, je vous le dis, et bien plus qu’un prophète.

Jésus interroge par trois fois. Pourquoi cette insistance ?
A mon tour je me laisse interroger.
Et je goûte la pédagogie de ses trois réponses, pédagogie du pas à pas, qui annonce une venue préparée.

« C’est de lui qu’il est écrit : Voici que j’envoie mon messager en avant de toi, pour préparer le chemin devant toi »
Comme dans le texte de la Visitation : « Or, dès qu’Elisabeth eut entendu la salutation de Marie, l’enfant tressaillit dans son sein « (Luc 1, 41) , Jean-Baptiste annonce Jésus.
Je me laisse déplacer par la personne de Jean-Baptiste mise en valeur par Jésus
et en même temps très humble.
Jean-Baptiste m’est offert par Jésus comme un compagnon de route pour nous conduire à lui.



Pour moi aujourd’hui
Quels sont mes « Jean-Baptiste » d’aujourd’hui ?
Est-ce que j’accepte de me laisser conduire, de ne pas savoir ?
Je termine ma prière en m’adressant au Seigneur avec mes mots, confiant(e) qu’il vient demeurer chez moi aujourd’hui si je me laisse chercher.



Autre texte
« Ouvrir au Christ » :

1 -Ouvrir au Christ est toujours
téméraire,
Car avec son amour de Fils Bien-Aimé
il lui prend sans-cesse de nous appeler à la perfection.

2 – Ouvrir au Christ est toujours
périlleux,
car avec sa parole il lui prend sans cesse de mettre en cause l’ordre si bien agencé de notre vie si soigneusement organisée pour notre satisfaction

3 – Ouvrir au Christ est toujours
imprudent
car avec son désir de sauver le monde
il lui prend sans cesse
de nous apprendre à tout faire
pour le salut de nos frères

4- Ouvrir au Christ est toujours risqué
car avec sa pitié devant la misère
il lui prend sans cesse
de nous entraîner à tout distribuer
pour apaiser la faim de la terre

5 – Ouvrir au Christ est toujours une folie
Car avec son Evangile Il lui prend sans cesse de placer des jalons qui balisent d’étroits chemins devant lesquels nous hésitons, parce que nous sommes sûrs d’y heurter nos pieds et notre tranquillité et notre volonté

6 – Ouvrir au Christ est toujours courageux
Car avec sa passion de libérateur
Il nous arrache à nos demeures
Pour nous conduire sur la plus haute
colline où l’on écarte les bras pour tout livrer par tendresse uniquement,
Et où l’on passe dans la vie d’éternelle
beauté que depuis toujours l’on espérait.



Vers accueil retraite
Vers étape précédente
Vers étape suivante