les soeurs ne porteront pas de grands flambeaux qui jettent un jour brillant sur l’Eglise, mais elles porteront de petites lampes ...

Accueil > Espace prière > Retraites en ligne > Carême 2017 > Jésus notre Roi

Jésus notre Roi

Carême 2017 - Étape 12 - Rameaux

12è étape-dimanche des Rameaux

Avant ce passage, Jésus, pour la troisième fois, vient d’annoncer sa passion à ses disciples. Lors de son entrée à Jérusalem, la foule veut faire du Christ un Roi. Jésus laisse encore percevoir le sens qu’il donne à son triomphe d’un jour. Il choisit d’entrer dans la ville sur un ânon, monture royale certes, mais combien humble et discrète.


Jésus et ses disciples, approchant de Jérusalem, arrivèrent en vue de Bethphagé, sur les pentes du mont des Oliviers. Alors Jésus envoya deux disciples en leur disant : « Allez au village qui est en face de vous ; vous trouverez aussitôt une ânesse attachée et son petit avec elle. Détachez-les et amenez-les moi. Et si l’on vous dit quelque chose, vous répondrez : “Le Seigneur en a besoin”. Et aussitôt on les laissera partir. »
Cela est arrivé pour que soit accomplie la parole prononcée par le prophète : Dites à la fille de Sion : Voici ton roi qui vient vers toi, plein de douceur, monté sur une ânesse et un petit âne, le petit d’une bête de somme. Les disciples partirent et firent ce que Jésus leur avait ordonné. Ils amenèrent l’ânesse et son petit, disposèrent sur eux leurs manteaux, et Jésus s’assit dessus. Dans la foule, la plupart étendirent leurs manteaux sur le chemin ; d’autres coupaient des branches aux arbres et en jonchaient la route. Les foules qui marchaient devant Jésus et celles qui suivaient criaient : « Hosanna au fils de David ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! Hosanna au plus haut des cieux ! » Comme Jésus entrait à Jérusalem, toute la ville fut en proie à l’agitation, et disait : « Qui est cet homme ? » Et les foules répondaient : « C’est le prophète Jésus, de Nazareth en Galilée. »

Matthieu 21,1-11


Je lis lentement ce récit. Je demande la grâce de suivre Jésus avec ses disciples sur ce chemin vers la Passion.



J’entre dans la scène, je regarde Jésus, je regarde les disciples, la foule.
La foule reconnait en Jésus le « fils de David », le « Béni », le prophète.
Je regarde les gens donner leur manteau, ce qu’ils coupent (les branches) pour accueillir Jésus et l’acclamer. Je me laisse toucher par cette joie.
« toute la ville fut en proie à l’agitation », « Qui est cet homme ? » : question qui va traverser toute la Passion.




J’entends « qui est cet homme ? », comment apporter mon cri de foi.
« Le Seigneur en a besoin » : aujourd’hui encore, le Seigneur a besoin, de nous, de moi, de tout homme.
Je me laisse toucher par la liberté de Jésus, son humilité, sa sérénité.

Je termine ma prière par le « signe de la croix » qui prend tout son sens aujourd’hui… cette croix déjà présente sur le chemin de Jérusalem.



Autre texte

Venez, gravissons ensemble le mont des Oliviers ; allons à la rencontre du Christ. Il revient aujourd’hui de Béthanie et il s’avance de son plein gré vers sa sainte et bienheureuse passion, afin de mener à son terme le mystère de notre salut….
Alors, courons avec lui qui se hâte vers sa passion ; imitons ceux qui allèrent au-devant de lui. Non pas pour répandre sur son chemin, comme ils l’ont fait, des rameaux d’olivier, des vêtements ou des palmes. C’est nous-mêmes qu’il faut abaisser devant lui, autant que nous le pouvons, l’humilité du cœur et la droiture de l’esprit, afin d’accueillir le Verbe qui vient, afin que Dieu trouve place en nous, lui que rien ne peut contenir.

Homélie de saint André de Crète pour le dimanche des rameaux.



Pour vivre pleinement ce temps de prière, n’hésitez pas à vous reporter à la « boîte à outils ». Elle contient les « outils » qui vous seront utiles pour mettre en œuvre les différentes propositions.

Vers l’accueil de la retraite
Vers l’étape précédente
Vers étape de relecture