les soeurs ne porteront pas de grands flambeaux qui jettent un jour brillant sur l’Eglise, mais elles porteront de petites lampes ...

Accueil > Espace prière > Retraites en ligne > Avec Marie Madeleine

Avec Marie Madeleine

« Va trouver mes frères »

Carême 2022 - Jour 8

Le lendemain du sabbat qui a suivi la crucifixion de Jésus, Marie Madeleine, qui voulait apporter des soins au corps du Seigneur, a trouvé le tombeau vide. Bouleversée, elle a prévenu les disciples qui sont venus constater les faits puis sont repartis.


Marie Madeleine se tenait près du tombeau, au-dehors, tout en pleurs. Et en pleurant, elle se pencha vers le tombeau. Elle aperçoit deux anges vêtus de blanc, assis l’un à la tête et l’autre aux pieds, à l’endroit où avait reposé le corps de Jésus. Ils lui demandent : « Femme, pourquoi pleures-tu ? » Elle leur répond : « On a enlevé mon Seigneur, et je ne sais pas où on l’a déposé. »
Ayant dit cela, elle se retourna ; elle aperçoit Jésus qui se tenait là, mais elle ne savait pas que c’était Jésus. Jésus lui dit : « Femme, pourquoi pleures-tu ? Qui cherches-tu ? » Le prenant pour le jardinier, elle lui répond : « Si c’est toi qui l’as emporté, dis-moi où tu l’as déposé, et moi, j’irai le prendre. » Jésus lui dit alors : « Marie ! » S’étant retournée, elle lui dit en hébreu : « Rabbouni ! », c’est-à-dire : Maître. Jésus reprend : « Ne me retiens pas, car je ne suis pas encore monté vers le Père. Va trouver mes frères pour leur dire que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu. »
Marie Madeleine s’en va donc annoncer aux disciples : « J’ai vu le Seigneur ! », et elle raconta ce qu’il lui avait dit.

(Jean 20,11-18)


J’entre dans la prière en regardant le tombeau vide : Seigneur, je te cherche, où es-tu ?


Je demande la grâce, devant l’absence apparente du Seigneur, d’avoir le désir de Le chercher encore.


-  « Elle se tenait près du tombeau, tout en pleurs »
J’écoute les sanglots, je vois le lieu désolé, le tombeau vide. Après le chagrin causé par la mort de Jésus, la disparition incompréhensible de son corps est un choc. Elle est frustrée des soins qu’elle voulait lui apporter.

- « Femme, pourquoi pleures-tu ? Qui cherches-tu ? »
Marie Madeleine est aveuglée par son chagrin. Elle pleure le Jésus qu’elle a connu. Elle ne le reconnaît pas.
Quelle image de Jésus je dois dépasser pour Le rencontrer en vérité ?

- « Ne me retiens pas ... Va trouver mes frères… ».
Jésus ressuscité ne peut plus être atteint de la même manière. C’est dans la foi que nous le reconnaissons…. Jésus nous envoie. L’amour qu’il donne, qu’il me donne, est fait pour être partagé.



Jésus se penche sur mes chagrins d’homme ou de femme. Il vient vers moi pour m’écouter et me donner la joie du Ressuscité qui efface tout chagrin. Je peux lui confier mon désir de le servir.


Autre Texte

On a enlevé le Seigneur et je ne sais où on l’a mis. Pourtant ce matin encore sombre, ce matin gris, tout semble changer. Le monde autour du tombeau vide semble un paradis. Le silence railleur se dissipe. Et voici, au milieu des fleurs, le jardinier : « Si c’est toi qui l’as emporté, dis-moi… » Mais soudain j’entends mon nom, il m’appelle et je suis, dans son appel je suis, la cendre s’envole dans le vent de l’Esprit. C’est Toi, c’est Toi, je Te reconnais Rabbouni. Ton corps transfiguré se dévoile en remplissant tout. Il est cet Amour qui fait que les hommes sont mes frères. Tu es là, invisible dans le pain et dans le vin et dans tout visage, tu es là.
(Prière d’un théologien orthodoxe)

Vers Accueil retraite
Boîte à outils
Vers étape précédente




Pour nous aider à mieux vous connaitre nous vous remercions de prendre quelques instants pour répondre à ce questionnaire.


L’équipe des retraites en ligne de la Maison de prière est heureuse de vous avoir accompagné pendant ces quelques jours de retraite. Si vous le désirez, il est fructueux de prendre du temps pour relire votre retraite.


Nous vous souhaitons une bonne poursuite de votre montée vers Pâques.

Documents joints