les soeurs ne porteront pas de grands flambeaux qui jettent un jour brillant sur l’Eglise, mais elles porteront de petites lampes ...

Accueil > Espace prière > Retraites en ligne > Daigne nous recevoir, le cœur brisé et l’esprit humilié

Daigne nous recevoir, le cœur brisé et l’esprit humilié

Carême 2021 - Étape 6

Dans sa prière, Azarias implore le pardon divin pour les péchés et à cette fin il offre le sacrifice d’un cœur brisé par le repentir.


« Azarias, adressa au Seigneur cette prière.
À cause de ton nom, ne nous abandonne pas pour toujours et ne romps pas ton alliance. Ne nous retire pas ta miséricorde, à cause d’Abraham, ton ami, d’Isaac, ton serviteur, et d’Israël que tu as consacré.
Tu as dit que tu rendrais leur descendance aussi nombreuse que les astres du ciel, que le sable au rivage des mers.
Or nous voici, ô Maître, le moins nombreux de tous les peuples, humiliés aujourd’hui sur toute la terre, à cause de nos péchés.
Il n’est plus, en ce temps, ni prince ni chef ni prophète, plus d’holocauste ni de sacrifice, plus d’oblation ni d’offrande d’encens, plus de lieu où t’offrir nos prémices pour obtenir ta miséricorde.
Mais, avec nos cœurs brisés, nos esprits humiliés, reçois-nous, comme un holocauste de béliers, de taureaux, d’agneaux gras par milliers. Que notre sacrifice, en ce jour, trouve grâce devant toi, car il n’est pas de honte pour qui espère en toi.
Et maintenant, de tout cœur, nous te suivons, nous te craignons et nous cherchons ta face.
Ne nous laisse pas dans la honte, agis envers nous selon ton indulgence et l’abondance de ta miséricorde.
Délivre-nous en renouvelant tes merveilles, glorifie ton nom, Seigneur. »

(Dn 3,25-43)
(1ère lecture du mardi 9 mars – mardi de la 3ème semaine de Carême)

Je choisis un lieu et une position dans lesquels je suis bien.
Je m’installe de façon à ne pas être distrait. J’écoute ma respiration. Je me présente au Seigneur : Je nomme les préoccupations, les sentiments qui m’habitent et je les confie au Seigneur. Je peux lui dire : me voici, au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit.


Je peux imaginer Azarias en prière, à genoux, le visage accablé par le sort de son peuple, exilé, humilié, pécheur.


Je peux demander la grâce de reconnaitre humblement ce qui m’éloigne de Dieu et celle de revenir vers Lui ou tout autre grâce pour ma vie aujourd’hui.



À cause de ton nom, ne nous abandonne pas pour toujours...
Azarias fait mémoire de tous les bienfaits de Dieu, il les nomme. Et tout s’est effondré. Laisser résonner : « Il n’est plus ». Faire sien le désarroi d’Azarias, le nôtre parfois…Tout allait bien et rien ne va plus.
Entendre la supplication « ne nous abandonne pas pour toujours ». La laisser nous rejoindre, devenir nôtre.

Mais, avec nos cœurs brisés, nos esprits humiliés, reçois-nous…
Azarias au nom de son peuple implore le Seigneur. Cœurs brisés, esprits humiliés : passage nécessaire pour être reçus par le Seigneur, pour trouver grâce.
Entendre, faire vivre en nous ce désir : reçois-nous.

Nous te suivons… agis envers nous selon ton indulgence et l’abondance de ta miséricorde. Délivre-nous en renouvelant tes merveilles.
Te suivre, ton indulgence, ta miséricorde, tes merveilles… Reprendre lentement ces mots, les égrener dans notre cœur, les laisser retentir, les savourer.



Laisser monter dans mon cœur ce que cette prière d’Azarias a suscité en moi. Lui dire avec mes mots comme je peux parler à quelqu’un que j’aime, qui m’est proche.
Je peux terminer par une prière d’Eglise ou le Notre Père, ou le PS 31 ci-dessous.



Autre texte :
Psaume 31

Heureux l’homme dont la faute est enlevée, et le péché remis !
Heureux l’homme dont le Seigneur ne retient pas l’offense, dont l’esprit est sans fraude !

Je me taisais et mes forces s’épuisaient à gémir tout le jour :
ta main, le jour et la nuit, pesait sur moi ; ma vigueur se desséchait comme l’herbe en été.

Je t’ai fait connaître ma faute, je n’ai pas caché mes torts. J’ai dit : « Je rendrai grâce au Seigneur en confessant mes péchés. » Et toi, tu as enlevé l’offense de ma faute.

Ainsi chacun des tiens te priera aux heures décisives ; même les eaux qui débordent ne peuvent l’atteindre.
Tu es un refuge pour moi, mon abri dans la détresse ; de chants de délivrance, tu m’as entouré.
« Je vais t’instruire, te montrer la route à suivre, te conseiller, veiller sur toi. »
[…]
Pour le méchant, douleurs sans nombre ; mais l’amour du Seigneur entourera ceux qui comptent sur lui.
Que le Seigneur soit votre joie ! Exultez, hommes justes ! Hommes droits, chantez votre allégresse !


Vers Accueil retraite
Boîte à outils
Aide pour prier avec un psaume
Vers l’étape précédente
Vers l’étape suivante