les soeurs ne porteront pas de grands flambeaux qui jettent un jour brillant sur l’Eglise, mais elles porteront de petites lampes ...

Accueil > Espace prière > Retraites en ligne > Ma force, c’est le Seigneur

Ma force, c’est le Seigneur

Carême 2019 - Etape 9

Le troisième chant d’Isaïe nous révèle un Serviteur en proie aux outrages. Sa force vient de Dieu, de Sa Parole.


Dieu mon Seigneur m’a donné le langage d’un homme qui se laisse instruire, pour que je sache à mon tour réconforter celui qui n’en peut plus. La Parole me réveille chaque matin, chaque matin elle me réveille pour que j’écoute comme celui qui se laisse instruire.
Le Seigneur Dieu m’a ouvert l’oreille, et moi, je ne me suis pas révolté, je ne me suis pas dérobé. J’ai présenté mon dos à ceux qui me frappaient, et mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe. Je n’ai pas protégé mon visage des outrages et des crachats. Le Seigneur Dieu vient à mon secours : c’est pourquoi je ne suis pas atteint par les outrages, c’est pourquoi j’ai rendu mon visage dur comme pierre : je sais que je ne serai pas confondu.
Il est proche, celui qui me justifie. Quelqu’un veut-il plaider contre moi ? Comparaissons ensemble. Quelqu’un a-t-il une accusation à porter contre moi ? Qu’il s’avance ! Voici le Seigneur Dieu qui vient prendre ma défense : qui donc me condamnera ?

(Isaïe 50, 4-9a)


Je fais très lentement un signe de croix.


Aide-moi, Seigneur, à entrer profondément dans ce temps de prière et dans le temps liturgique des jours qui viennent.


-  « La parole me réveille chaque matin. » Je pèse chaque mot de cette phrase.
-  Cette parole confie au serviteur une mission auprès de « celui qui n’en peut plus. »
-  Face à l’adversité (coups, outrages, crachats) le serviteur ne se dérobe pas…
-  « Il est proche, celui qui me justifie », c’est à dire celui qui m’ouvre, qui m’ajuste à sa volonté.



-  Je demande au Seigneur la grâce d’être réveillé par la parole chaque matin. J’ouvre mon cœur pour l’entendre.
-  Si je connais quelqu’un qui « n’en peut plus », je le confie au Seigneur et je pose un geste de réconfort.



Je remercie le Seigneur pour ce temps de prière et Lui confie ce qui m’habite. Ensemble, nous envisageons la suite.


Pour prier dans les jours qui viennent, je choisis une scène de la Passion et je la laisse m’habiter plus profondément.


Pour vivre pleinement ce temps de prière, n’hésitez pas à vous reporter à la « boite à outils ». Elle contient les « outils » qui vous seront utiles pour mettre en œuvre les différentes propositions.

Vers Accueil retraite
Vers étape précédente